La Guadeloupe en Traduction

Le blog bilangue d'une traductrice du français vers l'anglais en Guadeloupe

Kenbwa an Gwada : Le tout-monde magico-religieux créole

without comments

A dragonfly sitting on a leaf, GuadeloupeKENBWA ou quimbois, tout objet aux pouvoirs maléfiques fabriqué sur commande par un quimboiseur dans le but de nuire.

Le Caraïbe semble inviter à la croyance magique. Une forêt dense, impénétrable. Une histoire peuplée de tribus indigènes, de corsaires, et d’esclaves africains. Une société bâtie sur les fondations de la terreur, de la peur et de la méfiance.

Une ligne très fine existe entre la religion et la superstition. On peut dire que la religion décrit nos croyances, et la superstition décrit les croyances des autres. Une question de point de vue, alors.

Dan un lieu comme la Guadeloupe, il est possible que cette ligne n’existe pas. « Prier Dieux, invoquer le Diable, tout cela chez nous est toutafètman mélanjé, intimement mêlé. »

Hector Poullet, professeur et chercheur du créole guadeloupéen, donne un aperçu sur les croyances de la Guadeloupe dans son livre Kenbwa an Gwada: Le tout monde magico-religieux créole. Présenté comme un tapimandyan ou « un patchwork de l’irrationnel », ce petit livre présente les histoires sur le magico-religieux recueillies par Poullet lors d’interviews.

Pour un étranger, Kenbwa an Gwada se lit comme un recueil de contes folkloriques. Des quimbois faits par des quimboiseurs et posés à un quatre chemin, ou carrefour. Le diable déguisé en granblan, c’est-à-dire un maître d’habitation, monté sur un magnifique cheval noir, ou la diablesse déguisée en jolie chabine, seule sur le bord de la route de campagne le soir, cachant un sabot fendu.

Poullet remarque que beaucoup de Guadeloupéens n’admettront pas croire à la magie d’un quimbois. Cependant, la plupart éviterait scrupuleusement de contrecarrer la volonté d’un quimboiseur !

QUIMBOIS Any object imparted with evil powers and made on commission by a quimboiseur with the intention to harm.

The Caribbean seems to invite belief in magic. Dense, impenetrable forests. A history full of indigenous tribes, privateers, and many African slaves. A society built upon the foundations of terror, fear and mistrust.

A very fine line exists between religion and superstition. It could be said that religion is what describes our beliefs, and superstition is what describes the beliefs of others. A question of perspective then.

In such a place as Guadeloupe, that line may not even exist. “For us—praying to God, invoking the Devil—all of that is intimately entwined.”

Hector Poullet, teacher and researcher of Guadeloupean Creole, offers a glimpse into the beliefs of Guadeloupe in his book Kenbwa an Gwada: Le tout monde magico-religieux créole. Presented as a tapimandyan, or patchwork, of “the irrational,” this slim book presents stories on magic and religion that Poullet collected from interviews.

For an outsider, Kenbwa an Gwada reads like a book of folktales. Quimbois concocted by quimboiseurs, and left at crossroads. The devil appearing as a White plantation owner astride a magnificent black horse, or as a pretty chabine, alone on a country road at night, hiding one cloven foot.

Poullet notes that many Guadeloupeans would not admit to believing in the magic of a quimbois. But most would also scrupulously avoid thwarting the will of a quimboiseur!

Written by May

November 30th, 2014 at 8:21 am

Leave a Reply