La Guadeloupe en Traduction

Le blog bilangue d'une traductrice du français vers l'anglais en Guadeloupe

Archive for October, 2015

Les kassavs

without comments

Des kassavs au coco, Guadeloupe

La cuisine est  toujours associée au souvenir. Certains plats, plus que d’autres, sont souvent facilement liés à un sentiment de nostalgie. Je pense que pour beaucoup de Guadeloupéens, la kassav évoque une époque plus simple, des souvenirs doux d’enfance.

Les kassavs, de « cassava » l’anglais pour manioc, sont des petites galettes faites de cette racine broyée, et grillées sur une platine en fer. On les mange nature ou fourrées d’une farce sucrée ou salée : coco râpé sucré, confiture de goyave, jambon-fromage, morue.

On peut trouver des stands de kassavs partout en Guadeloupe. J’achète les miennes chez Josie, qui les vend de son camion au rond-point de Versailles vers la Route de la Traversée. Il est bien possible que ce sont les meilleurs kassavs dans toute la Guadeloupe. Elle les fait fraîches, une à la fois, en prenant les commandes au fur et à mesure. Elle travaille avec rapidité, mais la queue est parfois longue. Il semble toujours y avoir un paquet de clients. Elle vous les donne toutes chaudes directement de la platine, donc le défi est d’attendre de prendre cette première bouchée.

Il faut les manger toutes fraîches. Le lendemain, elles semblent prendre la consistance du pain rassis. Si vous insistez, vous pouvez réchauffer la kassav de la veille dans le four ou avec un bain-marie. Le four vous procurera une kassav croquante comme un biscuit sec, tandis que le bain-marie vous donne une kassav tendre.

Une kassav fraîche est extrêmement satisfaisante. C’est vrai si vous en avez mangé depuis votre toute jeune enfance, mais aussi si c’est votre première. Une fois consommée, il n’y a plus qu’à pousser un soupir de ne plus en avoir.

To read this post in English >>

Written by May

October 15th, 2015 at 7:42 pm

Posted in la bouffe / food

Tagged with